12/07/2007

Le quartier de la gare

Dans toutes les villes du monde
Le quartier le plus immonde,
C'est toujours celui de la gare
Où l'on ose pas sortir le soir.

Il y a là des gens de passage
Qui ont comme arme leurs bagages,
Qui dissimulent mal leur stress
Ce qui m'interresse c'est ce qui reste.

J'veux parler des putes et des travelots,
Des camés et des proxos,
Des arrières-salles dans les bars
Et puis du flingue sous le comptoir.

Il y a ceux qui courent au boulot,
Il y a les chiens et leurs clodos.
Toi tu n'oses pas mettre le nez dehors
Et moi j'en crève tellement j'adore.

Il y a toujours de la lumière
Pour éclairer leur misère;
Y a ceux qui meurent et ceux qui se marrent
Dans le quartier de la gare

Ca s'appelle Guillemins ou Termini,
Gare du Nord ou du Midi,
Ca s'appelle Gare d'Austerlitz
Ou bien Waterloo Station

Et pourtant c'est partout pareil
Sous la pluie et sous le soleil
Des hommes dorment sous des cartons
Pendant que d'autres pensent à leur pognon

Il y a les poètes et les artistes,
Les jongleurs pour touristes
Ca sent le rêve et le désespoir,
L'illusion et le film noir.

Dans toutes les villes du monde
Le quartier le plus immonde
C'est toujours celui de la gare
Où l'on ose pas sortir le soir.

Dans le quartier de la gare
(y a ceux qui meurent et ceux qui se marrent)
Dans le quartier de la gare

 

[Eté 67 -  Le quartier de la gare] 

200548707-001

11:17 Écrit par Croqu' la vie! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.